La Confirmation

La Confirmation 2016-12-08T09:29:19+00:00

La Confirmation

« Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
Jean 15, 26-27

Le Sacrement de la Confirmation, qu’est ce que c’est ?

Recevoir la Confirmation, c’est recevoir le don de l’Esprit Saint (3e personne de la Trinité : Un seul Dieu en 3 personnes : Le Père, le Fils et l’Esprit Saint), promesse d’une vie enracinée en Christ. En recevant ce sacrement, le chrétien répond à l’amour que Dieu lui porte et s’engage à en être le témoin.
Le sacrement de la Confirmation perfectionne et « confirme » l’effet du sacrement de baptême, en conformant davantage au Christ le baptisé.
Le baptisé reçoit des mains de l’évêque le don de l’Esprit Saint par l’onction du Saint Chrême déposé par une Croix tracée sur son front. L’Esprit Saint répandu dans le coeur du croyant lui permet d’aimer et de vivre au milieu des hommes en témoin du Christ et de l’Évangile. Le sacrement de la Confirmation est nécessaire pour vivre pleinement en chrétien dans notre monde.
Le saint-Chrême vient du grec (χρῖσμα / khrĩsma, « onguent, parfum ») c’est un mélange d’huile d’olive et de parfum qui sent très bon!

Quand et Comment se préparer à être confirmé ?

La préparation à la Confirmation dure 1 an.
Le confirmant est préparé par les catéchistes ou l’aumônerie de son collège, en collaboration étroite avec le prêtre. L’âge de la Confirmation est fixée, le plus souvent, vers l’adolescence, 13-15 ans. Pour les adultes, la Confirmation peut être demandée à n’importe quel âge : prenez contact avec l’accueil de la Cathédrale pour rencontrer le prêtre.

Quels dons reçoit-on lorsqu’on est confirmé ?

Il y en a 7! Le don de sagesse, le don d’intelligence, le don de conseil, le don de force, le don de connaissance, le don d’affection filiale et le don de crainte de Dieu.

Du 9 avril au 11 juin 2014, le Pape François a consacré 7 audiences générales*, à Rome Place Saint Pierre, pour nous expliquer ces dons avec ses mots et des petites histoires vraies pour illustrer son propos :

LA SAGESSE

« La sagesse, c’est quand la maman prend son enfant, le gronde doucement et lui explique, avec patience : « On ne fait pas cela, parce que… » ; Ou quand le couple – qui s’est disputé – se dit : « Bon, la tempête est passée, faisons la paix ». C’est voir toute chose avec les yeux de Dieu, entendre avec Ses oreilles, parler avec Ses mots, aimer avec Son cœur, juger avec Son jugement. »

L’INTELLIGENCE

« Jésus a voulu nous envoyer l’Esprit Saint pour que nous ayons ce don ; pour que tous, nous puissions comprendre les choses comme Dieu les comprend, avec l’intelligence de Dieu. C’est un beau cadeau que le Seigneur nous a fait à tous. C’est le don avec lequel l’Esprit Saint nous introduit dans l’intimité avec Dieu et nous rend participant au dessein d’amour qu’Il a sur nous. »

LE CONSEIL

« Je me souviens, une fois, j’étais au confessionnal, dans le sanctuaire de Lujàn ; et il y avait une longue file d’attente. Il y avait un jeune homme « tout moderne », avec boucles d’oreilles, tatouages et compagnie… Il était venu pour m’expliquer ce qui lui arrivait. Il avait un gros problème, quelque chose de difficile… Il m’a dit : « J’ai tout raconté à ma mère, et ma mère m’a dit : Va voir la Sainte Vierge, et elle te dira ce que tu dois faire »… Voilà une femme qui avait le don du conseil. Elle ne savait pas comment débrouiller le problème de son fils, mais elle lui a indiqué la bonne route : va voir la Sainte Vierge, et elle te dira quoi faire : c’est cela, le don du conseil. Cette femme humble, simple, a donné à son fils le conseil le plus juste. Ce garçon m’a dit en effet : j’ai regardé la Sainte Vierge, et j’ai senti que je devais faire ceci, ceci et cela. Je n’ai rien ajouté : cette maman et son fils avait tout dit. »

LA FORCE

« Par la force, l’Esprit Saint libère le terrain de notre cœur ; Il le libère de la torpeur, des incertitudes et de toutes les peurs et obstacles qui peuvent le freiner, pour que la Parole du Seigneur puisse être mise en pratique de façon authentique et joyeuse. Quand nous affrontons la vie ordinaire, quand surviennent les difficultés, rappelons-nous ceci : « Je puis tout en celui qui me fortifie » (Ph 4,13). Le Seigneur nous donne toujours sa force, elle ne saurait nous manquer. Il ne nous éprouve pas au dessus de nos forces. Il est toujours avec nous. Demandons à l’Esprit Saint de nous donner cette force qui soulève notre cœur. »

LA CONNAISSANCE

« Un jour, j’étais à la campagne, et une personne simple, qui aimait beaucoup les fleurs et les cultivait, m’a dit : « Nous devons protéger les belles choses que Dieu nous a données. La création est faite pour nous, pour que nous en profitions bien, et non pour que nous l’exploitions. Parce que Dieu pardonne toujours, l’homme parfois, mais la création ne pardonne jamais : si tu ne la protèges pas, elle te détruira ». Quand on parle de science, on pense tout de suite à la capacité qu’a l’homme de connaître toujours mieux la réalité qui l’entoure et de découvrir les lois qui régissent la nature et l’univers. Mais la science qui vient de l’Esprit Saint ne se limite pas à la connaissance humaine : c’est un don spécial qui nous porte à saisir, à travers la Création, la grandeur et l’amour de Dieu, et sa relation profonde avec chaque créature. »

LA PIÉTÉ

« Ce don indique notre appartenance à Dieu, et notre lien profond avec Lui ; un lien qui donne sens à toute notre vie et qui nous maintient en communion avec Lui, même dans les moments les plus difficiles. Elle est cette amitié avec Dieu que Jésus nous a donnée, une amitié qui change notre vie et la remplit d’enthousiasme et de joie. Elle est synonyme d’esprit religieux authentique, de confiance filiale vis-à-vis de Dieu, de cette capacité de Le prier avec amour et simplicité qui est le propre des gens humbles de cœur. Être pieux, ce n’est pas fermer les yeux et prendre un air d’image de communion, faire semblant d’être saint. C’être vraiment capable de se réjouir avec celui qui est dans la joie, de pleurer avec celui qui pleure, d’être proche de celui qui est seul et angoissé, de corriger celui qui est dans l’erreur, de consoler celui qui est affligé, d’accueillir et secourir celui qui est dans le besoin. »

LA CRAINTE DE DIEU

« La crainte de Dieu ne signifie pas avoir peur de Dieu : nous savons bien que Dieu est Père, qu’Il nous aime et veut notre salut, et qu’Il nous pardonne toujours, toujours. Nous n’avons donc pas de raison d’avoir peur de Lui ! Elle est au contraire ce don de l’Esprit Saint qui nous rappelle combien nous sommes petits face à Dieu et à son amour ; et que notre bien est de nous abandonner avec humilité, respect et confiance entre ses mains. L’abandon à la bonté de notre Père qui nous aime tant : voilà ce qu’est la crainte de Dieu. Le don de la crainte de Dieu est aussi une alarme face à l’obstination dans le péché. (…) Je pense à ceux qui fabriquent des armes pour fomenter la guerre. Mais quel métier ! Ces gens-là fabriquent la mort, ils sont marchands de mort, ils font commerce de mort. Que la crainte de Dieu leur fasse comprendre qu’un jour, tout finira, et qu’ils devront rendre des comptes à Dieu. »

*Comme Pasteur de son Eglise, une des nombreuses missions du successeur de Pierre, le Pape, c’est d’enseigner son peuple et les Hommes de bonne volonté. Ces fameuses « audiences générales » sont des cours de catéchisme pour tous. Elles ont lieu à Rome, dans la Cité du Vatican, place St Pierre.

Prenez contact avec la paroisse !