Chargement Évènements
Cet évènement est passé

COMMENT SANCTIFIER LE 5ème DIMANCHE DE PAQUES

DANS LE CADRE DU CONFINEMENT :

 

Voilà une proposition pour sanctifier le 5ème dimanche de Pâques.

 

  1. Aménager un endroit pour la prière avec une croix, une icône, des bougies, un récipient avec de l’eau et un rameau, des fleurs….

 

  1. Préparation de la liturgie :

 

  • Une personne doit être désignée pour conduire la prière. Il est préférable que ce soit le père ou la mère de famille.
  • Une personne ou plusieurs personnes sont désignées pour les lectures du jour. L’idéal est que les 3 lectures soient faites par 3 personnes.
  • Des intentions de prière sont préparées et la personne qui les lira sera désignée.
  • Si l’on prend des chants, prévoir un chant d’entrée, un chant de méditation, un chant à la Vierge Marie. Prévoir aussi de chanter, si c’est possible, lors de l’aspersion et un Alléluia pour l’acclamation à l’Evangile.
  • Il serait bon que la personne qui conduit la prière puisse prévoir un commentaire des lectures, vous pouvez aussi à plusieurs commenter les textes. Par votre baptême, vous le pouvez bien sûr !
  1. Déroulement de la Liturgie

 

Les phrases écrites en rouge sont des indications. Elles ne sont évidemment pas à lire.

Tous sont debout et font le signe de la Croix, guidé par celui qui conduit la prière.

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. R/ Amen

Celui qui dirige la prière dit :

Préparons-nous à écouter la Parole de Dieu et à célébrer ensemble la Résurrection du Christ, demandons au Seigneur de bénir cette eau nous nous signerons avec elle en souvenir de notre baptême : que Dieu nous garde fidèles à l’Esprit que nous avons reçu:

 

Seigneur tout-puissant,

écoute les prières de ton peuple :

alors que nous venons célébrer la merveille de notre création

et la merveille plus grande encore de notre rédemption,

daigne bénir cette eau.

Tu l’as créée pour féconder la terre

et donner à nos corps fraicheur et pureté.

Tu en as fait aussi l’instrument de ta miséricorde :

Par elle tu as libéré ton peuple de la servitude

et tu as étanché sa soif dans le désert ;

par elle les prophètes ont annoncé la Nouvelle Alliance

que tu voulais sceller avec les hommes ;

par elle enfin,

eau sanctifiée quand Jésus fut baptisé dans le jourdain,

tu as renouvelé notre nature pécheresse

dans le bain de la nouvelle naissance.

Que cette eau, maintenant nous rappelle notre baptême

et nous fasse participer à la joie de nos frères les baptisés de Pâques.

Par Jésus le Christ notre Seigneur.

 

On dit ou on chante par exemple : j’ai vu l’eau vive jaillissant du cœur du Christ

Pendant le chant chacun des participants va se signer avec l’eau bénite.

Ensuite on chante le Gloria :

 

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce, pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.
Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,  Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.

Celui qui guide la prière dit l’oraison du dimanche :

 

« Dieu éternel et tout-puissant,

guide-nous jusqu’au bonheur du ciel ;

que le troupeau parvienne malgré, sa faiblesse,

là où son Pasteur est entré victorieux.

Par Jésus Christ, ton Fils unique, notre Seigneur et notre Dieu

qui  vit et règne avec Toi, dans l’unité du Saint Esprit,

maintenant et pour les siècles des siècles. » R/Amen

 

On prend ensuite les lectures du jour, donc les lectures du dimanche. Celui qui lit se met debout.

Après la 1ère lecture le Psaume et la 2ème lecture, tous se lèvent pour l’acclamation de l’Evangile.

Première lecture

« Ils choisirent sept hommes remplis d’Esprit Saint » (Ac 6, 1-7)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
comme le nombre des disciples augmentait,
les frères de langue grecque
récriminèrent contre ceux de langue hébraïque,
parce que les veuves de leur groupe étaient désavantagées
dans le service quotidien.
Les Douze convoquèrent alors l’ensemble des disciples
et leur dirent :
« Il n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu
pour servir aux tables.
Cherchez plutôt, frères,
sept d’entre vous,
des hommes qui soient estimés de tous,
remplis d’Esprit Saint et de sagesse,
et nous les établirons dans cette charge.
En ce qui nous concerne, nous resterons assidus à la prière
et au service de la Parole. »
Ces propos plurent à tout le monde,
et l’on choisit :
Étienne, homme rempli de foi et d’Esprit Saint,
Philippe, Procore, Nicanor, Timon, Parménas
et Nicolas, un converti au judaïsme, originaire d’Antioche.
On les présenta aux Apôtres,
et après avoir prié, ils leur imposèrent les mains.
La parole de Dieu était féconde,
le nombre des disciples se multipliait fortement à Jérusalem,
et une grande foule de prêtres juifs
parvenaient à l’obéissance de la foi.

– Parole du Seigneur.

 

Psaume 32

R/ Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange !
Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Deuxième lecture

« Vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal » (1 P 2, 4-9)

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés,
approchez-vous du Seigneur Jésus :
il est la pierre vivante
rejetée par les hommes,
mais choisie et précieuse devant Dieu.
Vous aussi, comme pierres vivantes,
entrez dans la construction de la demeure spirituelle,
pour devenir le sacerdoce saint
et présenter des sacrifices spirituels,
agréables à Dieu, par Jésus Christ.
En effet, il y a ceci dans l’Écriture :
Je vais poser en Sion une pierre angulaire,
une pierre choisie, précieuse ;
celui qui met en elle sa foi
ne saurait connaître la honte.

Ainsi donc, honneur à vous les croyants,
mais, pour ceux qui refusent de croire, il est écrit :
La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle,
une pierre d’achoppement,
un rocher sur lequel on trébuche.

Ils achoppent, ceux qui refusent d’obéir à la Parole,
et c’est bien ce qui devait leur arriver.
Mais vous, vous êtes une descendance choisie,
un sacerdoce royal,
une nation sainte,
un peuple destiné au salut,
pour que vous annonciez les merveilles
de celui qui vous a appelés des ténèbres
à son admirable lumière.

– Parole du Seigneur.

Évangile

Alléluia. Alléluia.
Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, dit le Seigneur.
Personne ne va vers le Père sans passer par moi.
Alléluia. (Jn 14, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Que votre cœur ne soit pas bouleversé :
vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi.
Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ;
sinon, vous aurais-je dit :
‘Je pars vous préparer une place’ ?
Quand je serai parti vous préparer une place,
je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi,
afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi.
Pour aller où je vais, vous savez le chemin. »
Thomas lui dit :
« Seigneur, nous ne savons pas où tu vas.
Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond :
« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ;
personne ne va vers le Père sans passer par moi.
Puisque vous me connaissez,
vous connaîtrez aussi mon Père.
Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. »
Philippe lui dit :
« Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
Jésus lui répond :
« Il y a si longtemps que je suis avec vous,
et tu ne me connais pas, Philippe !
Celui qui m’a vu a vu le Père.
Comment peux-tu dire : ‘Montre-nous le Père’ ?
Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père
et que le Père est en moi !
Les paroles que je vous dis,
je ne les dis pas de moi-même ;
le Père qui demeure en moi
fait ses propres œuvres.
Croyez-moi :
je suis dans le Père, et le Père est en moi ;
si vous ne me croyez pas,
croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes.
Amen, amen, je vous le dis :
celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais.
Il en fera même de plus grandes,
parce que je pars vers le Père »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Après la lecture de l’Evangile tous s’assoient et c’est le moment du commentaire ou du partage d’Evangile prévoir aussi un temps de silence.

Une piste de réflexion pour l’Evangile :

Sur le verset Jn 14, 2 

Ce verset ne décrit pas directement le ciel, la « maison » de Dieu composée de nombreuses « demeures » mais la « famille » de Dieu. On pourrait dire la communion avec Dieu.

Il y a non seulement de la place pour chacun de nous dans cette communion mais une place pour chacun, notre place personnelle et unique. (ce n’est donc pas un concours avec un numerus clausus). Le texte grec emploie le terme de Polloi non pas au sens de « nombreux » mais de « illimité ».

Un commentaire de saint Augustin (13° Tr sur Jn, n°4)

« Le terme de la Voie, c’est la Fin que recherche le désir humain. Or, l’homme désire principalement deux choses : d’abord la connaissance de la vérité, ce qui lui est propre ; ensuite la continuation de son existence, ce qui est commun à tous les êtres. Or, le Christ est la Voie pour parvenir à la connaissance de la Vérité, alors pourtant qu’il est lui-même la Vérité :

« Conduis-moi, Seigneur, dans ta Vérité, et j’entrerai dans ta Voie. »

Et le Christ est la Voie pour parvenir à la Vie, alors pourtant qu’Il est lui-même la Vie : « Tu m’as fait connaître les voies de la Vie ». C’est pourquoi Il a désigné le terme de cette Voie par « la  Vérité et la Vie ». L’une et l’autre, ont été attribuées au Christ. D’abord Il est lui-même la Vie : « En Lui était la Vie » ; ensuite Il est la Vérité, puisque « la Lumière était la Lumière des hommes » ; or la Lumière, c’est la Vérité. »

 

On peut ici prendre après le temps de silence un chant de méditation.

Puis on dit ensemble le credo : si vous avez des cierges tous peuvent les prendre en main pour la récitation du Credo.

 

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ;

et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit,

est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié,

est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers,

le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux,

est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,

d’où il viendra juger les vivants et les morts.

Je crois en l’Esprit-Saint, à la sainte Eglise catholique,

à la communion des saints, à la rémission des péchés,

à la résurrection de la chair, à la vie éternelle.   R/Amen.

 

Ensuite on prie ensemble avec la Prière Universelle qui a été préparée.

 Ensuite le conducteur de la prière introduit la prière du Notre Père

Unis dans le même Esprit et dans la communion de l’Eglise, nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même nous l’a enseigné :

 

Notre Père…

 

Ensuite pour manifester notre souffrance de ne pas pouvoir être réunis ensemble et de ne pas pouvoir participer à l’Eucharistie la prière suivante peut être récitée par tous qui est introduite par le conducteur de la prière :

 

Nous ne pouvons pas recevoir la communion sacramentelle, mais nous avons le désir de recevoir le Pain de la Vie avec une foi qui agit par la Charité, nous sommes dans l’attente du moment où la participation à la messe sera de nouveau possible. Ce désir nous rend participants de manière vrai bien qu’imparfaite des fruits et des grâces du Sacrement. Ensemble prions :

 

« Seigneur mon cœur te désire et désire s’unir à toi dans la communion sacramentelle. Il ne m’est pas possible de participer à la célébration de l’Eucharistie en ce Jour qui t’est consacré mais je sais, dans la foi, que tu es présent et je veux t’accueillir dans mon cœur et dans ma vie. Viens Seigneur Jésus. R/ Amen !

 

 Celui qui conduit la prière dit pour conclure :

Que le Seigneur nous bénisse et nous garde de tout mal

et nous conduise à la Vie éternelle. R/ Amen

Tous font le signe de la Croix,

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit

On peut prendre alors le chant à la Vierge Marie.