Chargement Évènements
Cet évènement est passé

SANCTIFIER LE DIMANCHE DU  CHRIST ROI DANS LE CADRE DU CONFINEMENT :

Liturgie familiale

version imprimable : SANCTIFIER LE DIMANCHE DU CHRIST ROI

  1. Aménager un endroit pour la prière avec une croix, une icône, des bougies, , des fleurs….

 

  1. Préparation de la liturgie :

 

  • Une personne doit être désignée pour conduire la prière. Il est préférable que ce soit le père ou la mère de famille.
  • Une personne ou plusieurs personnes sont désignées pour les lectures du jour. L’idéal est que les 3 lectures soient faites par 3 personnes.
  • Des intentions de prière sont préparées et la personne qui les lira sera désignée.
  • Si l’on prend des chants, prévoir un chant d’entrée, un chant de méditation, un chant à la Vierge Marie. Prévoir aussi de chanter l’acclamation à l’Evangile avec un Alléluia.
  • Il serait bon que la personne qui conduit la prière puisse prévoir un commentaire des lectures, vous pouvez aussi à plusieurs commenter les textes. Par votre baptême, vous le pouvez bien sûr !

 

  1. Déroulement de la Liturgie

 

Les phrases écrites en rouge sont des indications. Elles ne sont évidemment pas à lire.

Tous sont debout et font le signe de la Croix, guidé par celui qui conduit la prière.

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. R/ Amen

 

Celui qui dirige la prière dit :

Reconnaissons que nous sommes pécheurs

 

Tous ensemble :

Je confesse à Dieu tout-puissant,

Je reconnais devant mes frères,

que j’ai péché en pensée, en parole,

par action et par omission ;

oui, j’ai vraiment péché.

C’est pourquoi je supplie la Vierge Marie,

les anges et tous les saints,

et vous aussi, mes frères,

de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

 

On dit ou on chante le Kyrie (ou Seigneur prends pitié)

Puis le Gloria

 

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce, pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.
Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,  Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.

 

Celui qui guide la prière dit l’oraison du dimanche :

« Dieu éternel,

tu as voulu fonder toutes choses en ton Fils bien-aimé, le Roi de l’univers ;

fais que toute la création, libérée de la servitude, reconnaisse ta puissance et te glorifie sans fin..

Par Jésus Christ, ton Fils unique,

notre Seigneur et notre Dieu qui  vit et règne avec Toi, dans l’unité du Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. » R/Amen

 

On prend ensuite les lectures du jour, donc les lectures du dimanche. Celui qui lit se met debout.

Après la 1ère lecture le Psaume et la 2ème lecture, tous se lèvent pour l’acclamation de l’Evangile.

 

Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 34, 11-12.15-17)

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis,
et je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau
quand elles sont dispersées,
ainsi je veillerai sur mes brebis,
et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées
un jour de nuages et de sombres nuées.
C’est moi qui ferai paître mon troupeau,
et c’est moi qui le ferai reposer,
– oracle du Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ;
l’égarée, je la ramènerai.
Celle qui est blessée, je la panserai.
Celle qui est malade, je lui rendrai des forces.
Celle qui est grasse et vigoureuse,
je la garderai, je la ferai paître selon le droit.
Et toi, mon troupeau
– ainsi parle le Seigneur Dieu –,
voici que je vais juger entre brebis et brebis,
entre les béliers et les boucs.

– Parole du Seigneur.

Psaume 22

R/ Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
le Christ est ressuscité d’entre les morts,
lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.
Car, la mort étant venue par un homme,
c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts.
En effet, de même que tous les hommes
meurent en Adam,
de même c’est dans le Christ
que tous recevront la vie,
mais chacun à son rang :
en premier, le Christ,
et ensuite, lors du retour du Christ,
ceux qui lui appartiennent.
Alors, tout sera achevé,
quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père,
après avoir anéanti, parmi les êtres célestes,
toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance.
Car c’est lui qui doit régner
jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis.
Et le dernier ennemi qui sera anéanti,
c’est la mort.
Et, quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils,
lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père
qui lui aura tout soumis,
et ainsi, Dieu sera tout en tous.

– Parole du Seigneur.

Évangile

Alléluia. Alléluia.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
Béni soit le Règne qui vient, celui de David notre père.
Alléluia. (Mc 11, 9b-10a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
et tous les anges avec lui,
alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;
il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :
‘Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume
préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;
j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ;
j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’
Alors les justes lui répondront :
‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…?
tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?
tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?
tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison…
Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’
Et le Roi leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’

Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :
‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’
Alors ils répondront, eux aussi :
‘Seigneur, quand t’avons-nous vu
avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?’
Il leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous ne l’avez pas fait
à l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’

Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel,
et les justes, à la vie éternelle. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Après la lecture de l’Evangile tous s’assoient et c’est le moment du commentaire (cf quelques pistes) ou du partage d’Evangile prévoir aussi un temps de silence.

Piste de réflexion pour l’Evangile :

C’est le dernier dimanche de l’année liturgique. Ne nous étonnons pas d’y voir un évangile portant sur le jugement dernier. Même si cet évangile peut paraître dur regardez bien les derniers mots : les justes (s’en iront) à la vie éternelle. C’est une vision d’espérance !

On trouve cité dans cet évangile les œuvres de miséricorde (corporelles) qui, complétées par la tradition chrétienne, sont les suivantes :

  1. donner à manger aux affamés ;
  2. donner à boire à ceux qui ont soif ;
  3. vêtir ceux qui sont nus ;
  4. accueillir les pèlerins ;
  5. assister les malades ;
  6. visiter les prisonniers ;
  7. ensevelir les morts.

A ces œuvres sont ajoutées par les Pères du désert les œuvres de miséricorde spirituelles :

  1. conseiller ceux qui sont dans le doute ;
  2. enseigner les ignorants ;
  3. avertir les pécheurs ;
  4. consoler les affligés ;
  5. pardonner les offenses ;
  6. supporter patiemment les personnes ennuyeuses ;
  7. prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

Tout un programme et il y en a pour tous les goûts! Ces œuvres sont pour le présent et non pas pour l’avenir (même si elles nous préparent à notre avenir éternel).

Homélie syriaque anonyme du VI° siècle

Invite donc les indigents chez toi et crois que, en eux, Jésus s’assiéra à ta table… en eux Il a mangé alors qu’Il n’a pas faim ; par eux Il a bu alors qu’Il n’a pas soif ; en eux Il est vêtu alors qu’Il n’est pas nu. Quand tu combles les besoins des pauvres, c’est Lui, qui, sur Lui-même, porte le poids de leurs besoins… Quoi donc ? Lui, Il a supporté ta faim ; et toi tu ne lui donne pas son pain ? il a supporté ta soif, et toi, tu ne lui donne pas sa boisson ? Il s’est montré en personne devant toi, mais en cachant sa gloire, et tu ne l’as pas couvert de son manteau. Il a porté ce qui est à toi par grâce ; et toi, en justice, tu ne Lui donnerais pas ce qui est à Lui. Car la faim, la soif, la nudité sont DE TOI ; donner à manger, à boire et vêtir est DE LUI. il a apporté. Il t’a donné de ce qui est A LUI pour que tu en deviennes le donateur.

 

Charte de fondation de l’Hôtel Dieu de Dortmund en 1369

Comme je considérais en moi-même que ce serait le sommet de la perfection de visiter chaque jour le Christ en ses membres, et de les soigner dans leur misère avec douceur et humilité, j’ai décidé de transformer ma maison en un hôpital, où le Christ soit louablement honoré en ses membres.

 

On peut ici prendre après le temps de silence un chant de méditation.

Puis on dit ensemble le credo :

 

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ;

et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit,

est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié,

est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers,

le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux,

est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,

d’où il viendra juger les vivants et les morts.

Je crois en l’Esprit-Saint, à la sainte Eglise catholique,

à la communion des saints, à la rémission des péchés,

à la résurrection de la chair, à la vie éternelle.   R/Amen.

 

Ensuite on prie ensemble avec la Prière Universelle qui a été préparée.

Le conducteur de la prière introduit la prière du Notre Père

Unis dans le même Esprit et dans la communion de l’Eglise, nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même nous l’a enseigné :

 

Notre Père…

 

Ensuite pour manifester notre souffrance de ne pas pouvoir être réunis ensemble et de ne pas pouvoir participer à l’Eucharistie la prière suivante peut être récitée par tous qui est introduite par le conducteur de la prière :

 

Nous ne pouvons pas recevoir la communion sacramentelle, mais nous avons le désir de recevoir le Pain de la Vie avec une foi qui agit par la Charité, nous sommes dans l’attente du moment où la participation à la messe sera de nouveau possible. Ce désir nous rend participants de manière vrai bien qu’imparfaite des fruits et des grâces du Sacrement. Ensemble prions :

 

« Seigneur mon cœur te désire et désire s’unir à toi dans la communion sacramentelle. Il ne m’est pas possible de participer à la célébration de l’Eucharistie en ce Jour qui t’est consacré mais je sais, dans la foi, que tu es présent et je veux t’accueillir dans mon cœur et dans ma vie. Viens Seigneur Jésus. R/ Amen !

 

 Celui qui conduit la prière dit pour conclure :

Que le Seigneur nous bénisse et nous garde de tout mal

et nous conduise à la Vie éternelle. R/ Amen

Tous font le signe de la Croix,

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit

On peut prendre alors le chant à la Vierge Marie.