Chargement Évènements
Cet évènement est passé

COMMENT SANCTIFIER LE 6ème  DIMANCHE DE PAQUES

DANS LE CADRE DU CONFINEMENT :

Voilà une proposition pour sanctifier le 6ème dimanche de Pâques.

  1. Aménager un endroit pour la prière avec une croix, une icône, des bougies, un récipient avec de l’eau et un rameau, des fleurs….
  2. Préparation de la liturgie :

 

  • Une personne doit être désignée pour conduire la prière. Il est préférable que ce soit le père ou la mère de famille.
  • Une personne ou plusieurs personnes sont désignées pour les lectures du jour. L’idéal est que les 3 lectures soient faites par 3 personnes.
  • Des intentions de prière sont préparées et la personne qui les lira sera désignée.
  • Si l’on prend des chants, prévoir un chant d’entrée, un chant de méditation, un chant à la Vierge Marie. Prévoir aussi de chanter, si c’est possible, lors de l’aspersion et un Alléluia pour l’acclamation à l’Evangile.
  • Il serait bon que la personne qui conduit la prière puisse prévoir un commentaire des lectures, vous pouvez aussi à plusieurs commenter les textes. Par votre baptême, vous le pouvez bien sûr !

 

  1. Déroulement de la Liturgie

Les phrases écrites en rouge sont des indications. Elles ne sont évidemment pas à lire.

Tous sont debout et font le signe de la Croix, guidé par celui qui conduit la prière.

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. R/ Amen

 

Celui qui dirige la prière dit :

Préparons-nous à écouter la Parole de Dieu et à célébrer ensemble la Résurrection du Christ, demandons au Seigneur de bénir cette eau nous nous signerons avec elle en souvenir de notre baptême : que Dieu nous garde fidèles à l’Esprit que nous avons reçu:

 

Seigneur tout-puissant,

écoute les prières de ton peuple :

alors que nous venons célébrer la merveille de notre création

et la merveille plus grande encore de notre rédemption,

daigne bénir cette eau +.

Tu l’as créée pour féconder la terre

et donner à nos corps fraicheur et pureté.

Tu en as fait aussi l’instrument de ta miséricorde :

Par elle tu as libéré ton peuple de la servitude

et tu as étanché sa soif dans le désert ;

par elle les prophètes ont annoncé la Nouvelle Alliance

que tu voulais sceller avec les hommes ;

par elle enfin,

eau sanctifiée quand Jésus fut baptisé dans le jourdain,

tu as renouvelé notre nature pécheresse

dans le bain de la nouvelle naissance.

Que cette eau, maintenant nous rappelle notre baptême

et nous fasse participer à la joie de nos frères les baptisés de Pâques.

Par Jésus le Christ notre Seigneur.

 

On dit ou on chante par exemple : j’ai vu l’eau vive jaillissant du cœur du Christ

Pendant le chant chacun des participants va se signer avec l’eau bénite.

Ensuite on chante le Gloria :

 

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce, pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.
Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,  Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.

Celui qui guide la prière dit l’oraison du dimanche :

 

« Dieu éternel et tout-puissant,

guide-nous jusqu’au bonheur du ciel ;

que le troupeau parvienne malgré, sa faiblesse,

là où son Pasteur est entré victorieux.

Par Jésus Christ, ton Fils unique, notre Seigneur et notre Dieu

qui  vit et règne avec Toi, dans l’unité du Saint Esprit,

maintenant et pour les siècles des siècles. » R/Amen

 

On prend ensuite les lectures du jour, donc les lectures du dimanche. Celui qui lit se met debout.

Après la 1ère lecture le Psaume et la 2ème lecture, tous se lèvent pour l’acclamation de l’Evangile.

Première lecture

« Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint » (Ac 8, 5-8.14-17)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie,
et là il proclamait le Christ.
Les foules, d’un même cœur,
s’attachaient à ce que disait Philippe,
car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait,
ou même les voyaient.
Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs,
qui sortaient en poussant de grands cris.
Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris.
Et il y eut dans cette ville une grande joie.

Les Apôtres, restés à Jérusalem,
apprirent que la Samarie
avait accueilli la parole de Dieu.
Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean.
À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains
afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ;
en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux :
ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains,
et ils reçurent l’Esprit Saint.

    – Parole du Seigneur.

Psaume 65

R/ Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur !

Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

« Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. »
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

Deuxième lecture

« Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l’esprit, il a reçu la vie » (1 P 3, 15-18)

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés,
    honorez dans vos cœurs
la sainteté du Seigneur, le Christ.
Soyez prêts à tout moment à présenter une défense
devant quiconque vous demande de rendre raison
de l’espérance qui est en vous ;
mais faites-le avec douceur et respect.
Ayez une conscience droite,
afin que vos adversaires soient pris de honte
sur le point même où ils disent du mal de vous
pour la bonne conduite que vous avez dans le Christ.
Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien,
si c’était la volonté de Dieu,
plutôt qu’en faisant le mal.
Car le Christ, lui aussi,
a souffert pour les péchés,
une seule fois,
lui, le juste, pour les injustes,
afin de vous introduire devant Dieu ;
il a été mis à mort dans la chair ;
mais vivifié dans l’Esprit.

    – Parole du Seigneur.

Évangile

Alléluia. Alléluia.
Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur ;
mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui.
Alléluia (Jn 14, 23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.
Moi, je prierai le Père,
et il vous donnera un autre Défenseur
qui sera pour toujours avec vous :     l’Esprit de vérité,
lui que le monde ne peut recevoir,
car il ne le voit pas et ne le connaît pas ;
vous, vous le connaissez,
car il demeure auprès de vous, et il sera en vous.
Je ne vous laisserai pas orphelins,
je reviens vers vous.
D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus,
mais vous, vous me verrez vivant,
et vous vivrez aussi.
En ce jour-là, vous reconnaîtrez
que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
Celui qui reçoit mes commandements et les garde,
c’est celui-là qui m’aime ;
et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ;
moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

  Après la lecture de l’Evangile tous s’assoient et c’est le moment du commentaire ou du partage d’Evangile prévoir aussi un temps de silence.

Une piste de réflexion pour l’Evangile :

Il y a 3 éléments fondamentaux pour la communication de la vie trinitaire dans ce passage de l’évangile selon Saint Jean : la prière, la Charité et l’Esprit Saint.

Hugues de Saint-Victor: Miscellanea I, 73 (PL 177,508): « Le Fils prie le Père pour que l’Esprit Saint soit envoyé aux disciples. Celui qui prie est Dieu, celui que l’on prie est Dieu, celui pour qui l’on prie est Dieu : Dieu prie pour Dieu. Merveille !  Le Bien est Un, et il s’insinue en nous pour que nous apprenions à le chercher. Car il veut être désiré ; et il s’adapte à nous, pour nous provoquer à chercher l’amour. Dieu prie, pour nous enseigner par son exemple ; il se laisse prier, pour nous apprendre combien désirable est le don ; il promet, pour nous consoler. Si Dieu ne priait pas, nous ne sentirions pas notre état d’indigence ; si Dieu n’était pas prié, nous ne comprendrions pas la haute dignité du don ; si Dieu ne promettait pas, nous serions sans force contre notre propre lâcheté ».

Dans ce passage nous voyons tout de suite que la mention de l’Esprit Saint nous prépare à la fête de la Pentecôte qui se profile. Il s’agira d’accueillir le saint Esprit en nous et de vivre de cette présence. Il est appelé aussi le Paraclet (cela n’apparait pas ici dans l’évangile de ce dimanche).

Ce mot « Paraclet » revient 6 fois dans le Discours après la Cène : Jn 14,16.26; 15,26; 16,7-8.13) — en liaison avec «l’Esprit de Vérité » : Jn 14,16-17.26; 15,26; 16,13. En dehors du Discours, on ne le trouve ni dans l’A.T. ni dans le N.T., sauf en 1Jn 2,1. Le sens le plus obvie de < Paraclet > est juridique ; mais < avocat > le traduit imparfaitement, puisque la fonction que ce terme désigne peut être non seulement la défense (1Jn 2,1), mais le rôle du témoin (Jn 15,26), et même l’accusation (Jn 16,8*); et encore, l’enseignement (14,26; 16,13-15*). « Le rôle fondamental attribué par le IV° Evangile au Paraclet, écrit A. Feuillet, est d’ordre intellectuel : Il est non pas précisément l’intercesseur, mais Celui qui vient au secours des disciples en se faisant leur Maître intérieur ». Reste que le sens < juridique > est toujours au moins en arrière-plan, parce qu’il s’inscrit dans la perspective générale de Saint-Jean, axée sur le double procès, fait par les pharisiens à Jésus et, réciproquement, par Jésus, le Père et l’Esprit, « à tous ceux qui ne l’ont pas reçu » (Prologue)

D’où la proposition pressante de recevoir cet Esprit qui nous tourne vers le Père. « L’amour de Dieu a été répandu en nos cœurs par l’Esprit saint qui nous a été donné ! » Rom 5, 5.

On peut ici prendre après le temps de silence un chant de méditation.

Puis on dit ensemble le credo : si vous avez des cierges tous peuvent les prendre en main pour la récitation du Credo.

 

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ;

et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit,

est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié,

est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers,

le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux,

est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,

d’où il viendra juger les vivants et les morts.

Je crois en l’Esprit-Saint, à la sainte Eglise catholique,

à la communion des saints, à la rémission des péchés,

à la résurrection de la chair, à la vie éternelle.   R/Amen.

 

Ensuite on prie ensemble avec la Prière Universelle qui a été préparée.

 Ensuite le conducteur de la prière introduit la prière du Notre Père

Unis dans le même Esprit et dans la communion de l’Eglise, nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même nous l’a enseigné :

 

Notre Père…

 

Ensuite pour manifester notre souffrance de ne pas pouvoir être réunis ensemble et de ne pas pouvoir participer à l’Eucharistie la prière suivante peut être récitée par tous qui est introduite par le conducteur de la prière :

 

Nous ne pouvons pas recevoir la communion sacramentelle, mais nous avons le désir de recevoir le Pain de la Vie avec une foi qui agit par la Charité, nous sommes dans l’attente du moment où la participation à la messe sera de nouveau possible. Ce désir nous rend participants de manière vrai bien qu’imparfaite des fruits et des grâces du Sacrement. Ensemble prions :

 

« Seigneur mon cœur te désire et désire s’unir à toi dans la communion sacramentelle. Il ne m’est pas possible de participer à la célébration de l’Eucharistie en ce Jour qui t’est consacré mais je sais, dans la foi, que tu es présent et je veux t’accueillir dans mon cœur et dans ma vie. Viens Seigneur Jésus. R/ Amen !

 

 Celui qui conduit la prière dit pour conclure :

Que le Seigneur nous bénisse et nous garde de tout mal

et nous conduise à la Vie éternelle. R/ Amen

Tous font le signe de la Croix,

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit

On peut prendre alors le chant à la Vierge Marie.