Chargement Évènements

Chers paroissiens,

Juste un petit mot en cette période de confinement.

 

Comme vous le savez peut-être, je sonne les cloches à 10h et 14h avec l’Hymne à la joie de Beethoven suivi d’un carillon à la Saint Vierge.

Sachez aussi que quand vous entendez les cloches sonner pour la messe, je célèbre à la cathédrale et bien sûr vous êtes tous présents dans cette prière.

Bref je garde la maison en attendant des jours meilleurs…

 

Permettez moi quelques conseils ou idées pour vivre au mieux ce temps :

 

N’Hésitez pas à prendre des nouvelles les uns des autres, surtout aux personnes seules, cela permet de garder un vrai lien de fraternité !

  1. Le dimanche :  il faut continuer de sanctifier ce jour malgré les contraintes actuelles. Voici quelques éléments de rappel :
  • Bien sûr vous pouvez suivre la messe à la télévision ou grâce au site du Diocèse.  C’est une très bonne façon de vivre une communion spirituelle qui est une vrai communion selon l’enseignement du Catéchisme du Concile de Trente.
  • Vous pouvez, seuls ou en famille faire une Lectio Divina avec le texte de l’Evangile du dimanche. C’est une lecture priée de l’Evangile.(je joins en note le texte de Benoit XVI sur la Lectio qui vous donne les étapes de cette prière.
  • Dimanche prochain (et les autres dimanches sous confinement) le Saint Sacrement sera exposé de 11h à 12h vous pourrez venir l’adorer en respectant les consignes (pas plus de 20 personnes à la fois et distance de sécurité).
  1. Le 25 mars comme dans toutes les églises de France les cloches seront sonnées et je bénirai la Ville de Saint Malo à 19h30. Vous êtes invités à mettre des bougies sur vos fenêtre en signe de foi et d’espérance.
  2. Vous le savez pendant le carême il y a une dimension particulière de Charité qui se manifeste entre autre par la quête de carême. Même si nous sommes dans une situation très particulière il ne faut pas oublier ceux qui vivent dans des situations dramatiques. La quête sera pour moitié envoyée aux Chrétiens de Terre Sainte et pour moitié envoyée au Cambodge pour la création d’un bâtiment paroissial permettant aux jeunes de recevoir une réelle éducation. (Cliquez ici pour avoir le descriptif du projet « Bâtiment Saint Matthieu » au Cambodge)

 

Bon courage à tous et merci pour tous les messages de soutien.

Votre curé qui garde la maison et qui vous bénis.

Etienne Lorta

 

Pour la Lectio Divina voici le texte de Benoit XVI

la lectio divina, (qui) « est capable d’ouvrir au fidèle le trésor de la Parole de Dieu, et de provoquer ainsi la rencontre avec le Christ, Parole divine vivante. »[296]. Je voudrais rappeler brièvement ici ses étapes fondamentales : elle s’ouvre par la lecture (lectio) du texte qui provoque une question portant sur la connaissance authentique de son contenu : que dit en soi le texte biblique ? Sans cette étape, le texte risquerait de devenir seulement un prétexte pour ne jamais sortir de nos pensées. S’en suit la méditation (meditatio) qui pose la question suivante : que nous dit le texte biblique ? Ici, chacun personnellement, mais aussi en tant que réalité communautaire, doit se laisser toucher et remettre en question, car il ne s’agit pas de considérer des paroles prononcées dans le passé mais dans le présent. L’on arrive ainsi à la prière (oratio) qui suppose cette autre demande : que disons-nous au Seigneur en réponse à sa parole ? La prière comme requête, intercession, action de grâce et louange, est la première manière par laquelle la Parole nous transforme. Enfin, la lectio divina se termine par la contemplation (contemplatio), au cours de laquelle nous adoptons, comme don de Dieu, le même regard que Lui pour juger la réalité, et nous nous demandons : quelle conversion de l’esprit, du cœur et de la vie le Seigneur nous demande-t-il ? Saint Paul, dans la Lettre aux Romains affirme : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait » (12, 2). La contemplation, en effet, tend à créer en nous une vision sapientielle de la réalité, conforme à Dieu, et à former en nous « la pensée du Christ » (1 Co 2, 16). La Parole de Dieu se présente ici comme un critère de discernement : « elle est vivante, (…) énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle pénètre au plus profond de l’âme, jusqu’aux jointures et jusqu’aux moelles ; elle juge des intentions et des pensées du cœur » (He 4, 12). Il est bon, ensuite, de rappeler que la lectio divina ne s’achève pas comme dynamique tant qu’elle ne débouche pas dans l’action (actio), qui porte l’existence croyante à se faire don pour les autres dans la charité.